vendredi 7 mars 2008

X3:Réunion, le test.

Y jouer au moins 10 heures, tel était mon objectif en achetant X3:Reunion. Non je n'y croyais pas du tout, j'étais même persuadé de ne pas accrocher à un jeu de cette complexité qui nécessitait "15 heures pour commencer à comprendre les bases". Alors bon, après 10 heures de jeu, j'aurais sincèrement essayé d'y jouer et j'aurais pu laisser tomber la tête haute. J'ai fébrilement lancé le jeu, et après une dernière prière je me suis plongé dans l'univers d'X3. Tiens, ça passe vite le temps la dedans...

Si vous envisagez de vous lancer dans X3:Réunion, prévoyez un bon stock d'heure en réserve... et du pâté en croute. Parce que c'est bon, le pâté en croute. Car si X3 possède une telle durée de vie (je dirais 200 heures pour en faire un bon tour, encore plus pour le fouiller de fond en comble) c'est principalement à cause de sa progression incroyablement lente : 10 heures pour saisir les bases, 20 heures pour commencer à accumuler l'argent, une soixantaine d'heures pour avoir ses premiers complexes autonomes...
X3 est en fait une simulation spatiale ultra poussé, ou l'objectif est de se créer un empire qui dominera la galaxie mouahahahaha. Le jeu se différencie d'un Freelancer par son côté simulation mille fois plus poussé, mais aussi d'un Imperium Galactica par le fait qu'on incarne un homme précis (Julian machin) et non pas une itentité imaginaire. X3 se distingue de plus par -on l'a vu- la lenteur de son démarrage.
Les raisons de cette lenteur ? Eh bien, la faute incombe en partie au pâté en croute, mais surtout à la richesse de l'univers d'X3 : il est divisé en plus d'une centaine de secteurs, plus ou moins grand, plus ou moins sûr mais toujours dominé par une race spécifique. Doublage incroyablement mauvais et physique oscillant entre une poupée action-man et un sanglier écrasé sur une route nationale donne aux divers peuples du jeu un charisme absolument inexistant, poussant le joueur au génocide en règle. Heureusement, les développeurs se sont rattrapés sur le design des vaisseaux, qui varie selon les races mais reste toujours splendide.
Alors que certains secteurs sont des havres de paix idéal pour le commerce car rempli d'usines en tout genre, d'autres sont de véritables coupes gorges ou le débutant n'aura pas le temps de dire "pâté en croute" qu'il aura déjà pris une volée de missiles dans les miches. Car si l'univers d'X3 est bourré d'opportunités pour les commerçants en herbe (sachez que l'économie d'X3 est mouvante et s'adapte à l'offre et a la demande), il n'en reste pas moins dangeureux : les attaques de pirates sont fréquentes dès que l'on s'éloigne des territoires du noyau, sans compter les (impressionnantes) invasions Khaaks qui surviennent parfois. Enfin, un système de réputation est mis en place avec chaque race : en réalisant certaines actions (buter des pirates, commercer) vous augmenterez celle ci, ce qui vous permettra d'acheter des vaisseaux plus puissants, d'obtenir des missions rémunératrices ou juste de ne pas vous faire tirer dessus en rentrant dans leur système.

Vous l'avez compris, l'intérêt d'X3 se situe dans sa liberté d'action : de la vente d'esclave au commerce d'alcool de contrebande, en passant par le massacre de populations innocentes ou la confection de délicieux pâté en croute, presque tout est possible. Oui, on peut aussi être honnête et se contenter de vendre des photopiles ou des graines de soja, mais il faut bien avouer que c'est moins marrant. La crédibilité de l'univers est ainsi exceptionnelle (tout est justifié et expliqué, que ce soit l'histoire des différents secteurs ou d'un vaisseau précis) avec à la clé une immersion quasi-totale : patrouilles de police qui scanne votre soute à la recherche de marchandise illégal, dernières nouvelles de l'univers dans les stations, attaque de pirates sur un cargo innocent...l'univers d'X3 est vivant, et ca se ressent (bien que les stations soient parfois un peu vide).
Ça a beau être long et parfois douloureux, le plaisir d'X3 réside dans la jouissance d'observer son empire se construire et prendre de l'ampleur. C'est donc un putain de jeu de mégalomane, ou l'on commence dans un chasseur pourri pour finir avec une quarantaine de stations qui engrangent 30 millions de crédit à la minute et une flotte de combat capable de raser un système sans broncher. Un pirate qui s'éjecte (vous laissant ainsi son vaisseau), un combat difficile remporté, une opportunité de commerce découverte, autant de petite victoire qui font bien plaisir à chaque fois et qui aide à établir votre domination. Et si le système de commerce est un modèle du genre (prix mouvant, variété des produits à vendre et à acheter), les combats spatiaux s'en sortent aussi avec brio, bien qu'on reste loin d'une simulation.

La perfection n'existe pas dans notre monde, et visiblement pas dans celui d'X3 non plus. On a déjà parlé du doublage des races tout simplement pitoyable, sachez que celui-ci se retrouve dans toutes les cinématiques, et d'ailleurs à chaque fois qu'un personnage parle. Détail étrange, la voix de l'ordinateur de bord est elle d'excellente facture. On peut aussi citer la quête principale absolument inintéressante, qui vous oblige à entendre des dialogues tous plus lamentables les uns que les autres (Avec par exemple un pirate qui nous sort "abaissez vos boucliers et preparez vous a être abordé". Réplique brillante de la copine du héros "abaissez vos boucliers et preparez vous a être désintégré" Quelle finesse ! Quelle recherche ! Quel talent !) et à jouer des missions que ne renierait pas Space Invaders. Enfin je dis ça, je n'ai joué que trois missions de la quête principale, et encore pour la troisième je suis tombé dessus par hasard. Enfin, sachez que l'interface est aussi intuitive qu'un tanker lourd dès que l'on commence à gérer plus de cinq vaisseaux. On s'y habitue, mais c'est chiant.

Histoire de finir sur une note positive, les graphismes sont toujours splendide malgré les deux ans d'âge du soft. Le design des vaisseaux est travaillé, les explosions sont superbes et l'ambiance "spatiale" très bien rendu. Ok ca veut rien dire, disons qu'on à vraiment la sensation d'être en orbite au dessus d'une planète. En plus, les différences d'échelle vont du quitte au double et passer au ras d'un énorme chantier naval avec son minuscule chasseur donne une sensation assez grisante. Pour le reste, les screenshots parlent d'eux mêmes.

D'habitude je n'apprécie pas trop les clichés, mais il faut bien avouer que X3:Réunion s'impose dans la catégorie "bouffeur de vie sociale". Long, passionnant et très très prenant, ce petit merdeux m'a déjà fait perdre pas mal de nuits à chasser du pirate. Notez que je n'ai presque pas parlé de la difficulté pour un novice de se mettre à X3, tout simplement parce que c'est le jeu qui veut ça. Un bon tutoriel n'aurait certes pas été de trop, mais franchement les bases s'attrapent plutôt vite. Ajoutez qu'il est à 20€ sur steam, et vous n'avez décidément aucune excuse pour ne pas l'essayer.

Pelomar, 92%

Note : aucun des screenshots ci-dessus ne sont de moi, vu que je les ai tous pompés comme une pute sur google image.

Editeur : Deep Silver / Steam
Développeur : Egosoft
Type : Simulation spatiale
Site officiel : www.egosoft.com (avec une communauté très active)
Ou l'acheter : Sur steam a 20€, ou a la fnac à 40€. C'est vous qui voyez

3 commentaires:

Psycho a dit…

ou à 18 euros dans tous les bons cultura aussi (c'est ce que j'ai fait il y'a un petit mois)

Maxwell a dit…

Sympa le test pour quelqu'un qui n'a pas la phobie du paté en croute. C'est quoi cette fixation ?

PeLOmaR a dit…

Tu as dit pâté en croute ? GNNNAAA NE VEEEUUTTT
:fou: